LA CLÉ DE LA CONNAISSANCE

jeudi 17 octobre 2019

Jésus est encore au repas. Les parisiens et autres chefs de la Loi le harcèlent de questions. Il parle quand même avec chacun en continuant ses condamnations : "Quel malheur pour vous, parce que vous bâtissez les tombeaux des prophètes, alors que vos pères les ont tués." Jésus les rattrape sur leur terrain, la Loi, l'Écriture. Ils le savent, ils connaissent les prophètes, ils peuvent aligner des noms : "Ainsi cette génération devra rendre compte du sang de tous les prophètes qui a été versé depuis la fondation du monde, depuis le sang d’Abel jusqu’au sang de Zacharie, qui a péri entre l’autel et le sanctuaire." C'est donc tout leur histoire "sainte" qui a vu des exactions sur les envoyéEs de Dieu, les amiEs de Dieu. Jésus termine ainsi cette visite autour de la table en disant : "Quel malheur pour vous, docteurs de la Loi, parce que vous avez enlevé LA CLÉ DE LA CONNAISSANCE ; vous-mêmes n’êtes pas entrés, et ceux qui voulaient entrer, vous les en avez empêchés." Facile de modifier la foi quand on a LA CLÉ DE LA CONNAISSANCE ! Facile de faire pencher la balance quand on s'est fait le seul porte-voix. Mais est-ce là ce que Dieu demande de ses apôtres, de ses prophètes ?

Aujourd'hui, je regarde mes engagements comme disciple de Jésus. Souvent ma position me permet d'ouvrir les esprits, les cœurs, avec LA CLÉ DE LA CONNAISSANCE; m'a-t-elle été remise par Jésus lui-même ou si en cachette, je me suis fait un double de la clé maîtresse ?

(Lire le texte en Lc 11, 47-54 ou aller à https://www.aelf.org, 17 octobre 2019)





fin article - 285 affichages depuis le 17 Oct 2019