JE ME LÈVE ET J'Y VAIS

dimanche 15 septembre 2019

La lecture évangélique de ce dimanche est brève ou longue. Dans les deux cas, on pourrait l'intituler OUI JE ME LÈVE ET J'Y VAIS. Les paraboles racontées par Jésus nous sont familières mais elles recèlent toujours et encore une perle à découvrir.

Il y a d'abord ce berger à qui il manque une brebis : "n’abandonne-t-il pas les 99 autres dans le désert pour aller chercher celle qui est perdue, jusqu’à ce qu’il la retrouve ?" Il les abandonne dans le désert, les prédateurs sont oubliés au profit de celle qui manque. Et ça se termine dans la joie avec les amis car il l'a trouvée. Puis vient l'histoire de la dame qui a perdu une pièce d'argent sur ses dix. Elle brasse toute la maison, allume toutes les lampes… au risque de pousser cette pièce encore plus loin et de dépenser plus que la valeur. Elle la trouve et c'est la joie : "Réjouissez-vous avec moi, car j’ai retrouvé la pièce d’argent que j’avais perdue !" Si on fait la lecture plus longue, c'est la belle parabole du fils prodigue. Son père l'attend chaque jour, il sait qu'il reviendra. La joie du retour, la fête, les beaux habits… "Il fallait festoyer et se réjouir ; car ton frère que voilà était mort, et il est revenu à la vie ; il était perdu, et il est retrouvé !"

Pour Jésus, pour Dieu, je suis cette brebis égarée, cette pièce d'argent oubliée, ce fils prodigue. Tous les jours, je dois ME LEVER et ALLER vers mon Père. Tous les jours je dois partir vers le bien, nettoyer, fêter car je vais retrouver mon Père… "Ainsi je vous le dis : Il y a de la joie devant les anges de Dieu
pour un seul pécheur qui se convertit."

(Lire le texte en Lc 15, 1-32 ou aller à https://www.aelf.org, 24e dimanche du T.O., année C, 15 septembre 2019)





fin article - 320 affichages depuis le 15 Sep 2019