LA DÉMESURE

dimanche 24 septembre 2017

Non, je ne vais pas vous parler de la chaleur que nous connaissons actuellement ! La DÉMESURE de la fin du mois de septembre, la DÉMESURE de ce début d'automne. Et puis il y a toutes ces mesures qui habitent nos vies, celles à ne pas franchir, celles qu'on saute parfois, celles qu'on oublie…

En lisant le prophète Isaïe, je comprends un peu mieux pourquoi ma vie spirituelle a tant de problèmes. C'est Dieu lui-même qui m'en parle : "Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos chemins ne sont pas mes chemins, – oracle du Seigneur." On croirait alors que Dieu serait si loin qu'on ne pourrait jamais lui parler, le prier ; mais il dit aussi : "Cherchez le Seigneur tant qu’il se laisse trouver ; invoquez-le tant qu’il est proche." Dieu proche, Dieu lointain ! Chose certaine pour moi, pour nous, Dieu restera l'idéal à vivre !

L'évangile de ce jour nous montre un exemple de ce Dieu de la DÉMESURE. Il embauche pour sa vigne, pour sa mission, en promettant aux premiers un salaire convenu et accepté… le pauvre dernier, qui n'aura travaillé qu'une heure, recevra aussi "ce qui est juste". Ce qui est juste, ce sera cette somme promise aux 1ers travailleurs. Dans cette justice on sent jaillir en nous l'injustice et toutes nos mesures qui sont à l'opposé… Dieu ne nous ressemble pas !!!

En relisant ces textes, j'essaie de mesurer mes DÉMESURES ! Est-ce que j'en ai parfois ? Suis-je tellement mesuré-e sur toutes les coutures que je ressemble davantage à un robot qu'à une personne humaine ?

(Lire les textes en Is 55, 6-9 ; Évangile en Mt 20, 1-16 ou aller à http://www.aelf.org, 24e dimanche du T.O., année A, 24 septembre 2017)



fin article - 1296 affichages depuis le 24 Sep 2017