G√ČNOCIDE

lundi 17 juillet 2017

Ce mot moderne que des peuples ont vécu a déjà son origine dans le 1er testament avec les Juifs présents en Égypte. Exterminer un peuple, une race, un clan ! Pourtant on voit cela encore aujourd'hui…

Un nouveau roi arrive en Égypte et il n'a pas connu Joseph, nous dit-on dès le début de la lecture. Évidemment, ce nouveau chef, s'il n'a pas été bien préparé, ne saura pas, ne connaîtra pas ! "Prenons donc les dispositions voulues pour l’empêcher de se multiplier." En clair, ça veut dire de les exterminer par les bébés naissants. "Tous les fils qui naîtront aux Hébreux, jetez-les dans le Nil. Ne laissez vivre que les filles". Et pratiquement, on réduira les Juifs en esclavage en augmentant leur travail : "On imposa donc aux fils

d’Israël des chefs de corvée pour les accabler de travaux pénibles." Les GÉNOCIDES sont ainsi… on ne tient plus compte de rien, ni des services rendus, ni des apports culturels, ni des appuis guerriers… on oublie, on masque sa mémoire. Cela peut m'arriver aussi dans mes relations, dans mes aspirations à m'élever dans mon emploi, dans mes désirs de mieux paraître… j'écrase l'autre, je le soumets en esclavage quand je ne le tue pas en malmenant sa réputation…

Je regarde comment ce peuple choisi vit des problèmes sérieux mais il reste fidèle à la promesse de Dieu d'en faire un grand peuple. J'ai, moi aussi, cette même promesse et je la vis au jour le jour dans mes oppositions, mes conflits, mes petits GÉNOCIDES…

(Lire le texte en Ex 1, 8-14.22ou aller à http://www.aelf.org, 17 juillet 2017)





fin article - 1306 affichages depuis le 17 Jul 2017